Muffin 1/Article sur la philosophie de linux

De Magazine fedora-fr
Aller à : navigation, rechercher
Article en cours de rédaction !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : MatthieuRondeau

Introduction

Je vais commencer par paraphraser Richard Stallman : « Imaginons que vous receviez des amis chez vous, vous leur présenter une nouvelle recette, peut être qu'ils l'apprécieront, et auront donc envie de la connaitre, de la refaire, et peut être de la modifier, et de redistribuer cette nouvelle version ». Cet exemple culinaire est une métaphore parfaite de ce que peuvent être les logiciels Open Source. Utilisateur ou non, nous avons eu l'occasion d'être confronté aux logiciels Open Source, sans pour autant connaitre, et comprendre leurs signification. Certaines personnes savent qu'il s'agit d'une vague nouvelle dans la branche de l'informatique, mais de la à connaitre les lois qui la régissent. Je vais donc essayer dans cet article de vous en faire une brève présentation, en détaillant au possible chacune des quatre lois fondamentales : Utilisation dans restriction, possibilité d'étude, de modification pour l'adapter à ses propres besoins et de redistribution, sous certaines conditions.

Utilisation dans restriction

Qu'est que l'utilisation dans restriction? Cela veut-il dire que l'on peut l'utiliser sans compter? Pourtant de nombreux logiciels, ne serait ce que les jeux vidéos sont utilisable sans compter, du moins par certains, mais n'entre pas dans la catégorie des logiciels open source. L'utilisation sans restriction est différente de la définition que l'on donne habituellement au terme, ne serait qu'en français. La définition se base ici plus sur la manière que l'on a d'utiliser le produit à travers son système. Prenons un exemple simple, vous n'aurez en aucun cas le droit, et certainement la possibilité d'utiliser un logiciel tel que Outlook sur un système autre que celui de Windows, ce qui vous donne une restriction, vous devez remplir certaines conditions pour pouvoir utiliser le logiciel, en plus de celle d'avoir un ordinateur. Pour pouvoir soutenir la première loi de l'open source, le logiciel ne doit pas être le composant d'une distribution logicielle globale contenant plusieurs sources différentes. Un autre point important, dans les restrictions, est que celle d'ordre financier ne doit pas être prise en compte, à savoir que l'exigence de quelque redevance ou honoraires implique directement que le logiciel n'est pas considéré comme open source. La « gratuité » de ces logiciels est consciente, en renonçant dès le début aux bénéfices sur le long terme, on évite ainsi certaines pressions sur les épaules des coopérateurs. Maintenant que nous avons pu voir la première loi, regardons de plus prés la deuxième :

Étudier

L'étude ne veut bien sûr pas dire la connaissance complète de toutes les possibilité du programme, même si rien que par respect pour le développeur cela est recommandé. L'étude est ici utilisée dans le terme informatique de la chose, à savoir la possibilité de savoir comment est construit le programme et comment il marche, de manière à comprendre les tenants et les aboutissant, permettant alors une réponse à certaines questions que l'on peut se poser. Pour cela, le programme doit inclure ce que l'on appelle le code source, pour les lecteurs les plus novices, nous pouvons voir cela comme le plan de construction des meubles que vous achetez chez de fameux vendeurs de meubles suédois. Ce plan vous explique comment faire pour avoir une armoire aussi « réussie » que sur la photo du catalogue. La loi exacte est donc que le programme doit inclure ce code source, mais aussi permettre sa distribution, et si jamais il n'est pas fourni avec, des moyens doivent permettre de mettre la main dessus, et ce avec un cout raisonnable, bien sur le meilleur moyen restant le téléchargement par internet. Bien entendu ce code source doit être clair, toutes ses parties pouvant être atteintes, et sans devoir nécessairement passer par des intermédiaires, ou se trouver face à un obscurcissement partiel, à savoir une manière plus ou moins compliquée de cacher le code source, ou une partie dans le cas d'un obscurcissement partiel. L'accès au code source est parce que le développement n'est possible qu'avec la modification, or le but de l'Initiative Open Source est justement l'évolution facile, la modification doit être fait facile, mais cela empiète sur la troisième loi que nous allons voir dès maintenant :

Modifier pour les adapter à ses propres besoins

Nous avons donc vu que l'accès au code source nous permet de comprendre le programme, mais aussi de pouvoir le modifier. Un exemple célèbre de modification, en tout cas de souhait de modification, est celui qui a poussé Richard Stallman a créer l'Initiative Open Source. Il avait l'habitude au MIT de modifier les programmes auxquels lui et ses collègues avaient accès, et un jour une des imprimantes ne marchait pas bien, Stallman appelle donc la compagnie qui vend l'imprimante et leur demande de lui fournir le code source pour qu'il puisse faire les modifications en conséquences. Face au refus de la société, Stallman se retrouva avec un appareil qui ne fonctionnait pas, et donc ne pouvait pas faire un travail productif. La légende dit que l'Initiative Open Source est parti de ce fait divers, ce qui fait que maintenant nous avons accès à un nombre important de logiciels open source, nous sommes en mesure de pouvoir moduler complètement les produits pour notre propre utilisation. Bien sur cela demande un certain nombre de connaissances en matière de programmation, mais peut être intéressant d'un point de vue pédagogique, puisque le meilleur moyen pour apprendre reste l'expérimentation. De plus cela implique un développement plus rapide des logiciels, car le monde de l'open source permet, grâce au développement d'internet, la mise en place de communautés qui se retrouvent autour de logiciels et autres programmes, le fait que ces programmes soient open source permet à chacun de les modifier pour qu'ils puissent convenir au plus grand nombre. Nous pouvons prendre de nombreux exemples, mais les plus significatifs étant surement ceux que l'on peut voir au grand jour, à savoir le serveur Apache, la technologie PHP, etc.... Qui sont des outils que nous utilisons, en tout cas avons accès, tous les jours, sans même réellement le savoir, et dont le développement est poussé par la présence de communautés.

Redistribuer sous certaines conditions

Imaginons maintenant que vous ayez modifié en conséquence un logiciel, et que vous aimeriez pouvoir le passer à vos amis, ou aux personnes pour qui ces modifications seraient utiles. Bien sur vous devez respecter le travail de l'auteur initial, à savoir bien lire la licence, et voir si ce dernier le permet. En imaginant le cas où l'auteur permet une redistribution, en n'oubliant pas de citer l'auteur original, vous pouvez vous permettre de faire partager vos modifications, quitte à recevoir des critiques, vous permettant alors d'avancer dans la perfection de votre programme. Cette dernière loi peut paraitre facile à comprendre, mais c'est aussi la loi la plus importante, car elle permet la distribution de différentes version d'un même logiciel, ce qui ne restreint plus l'utilisateur et empêche la formation d'un monopole.

Conclusion

Nous avons donc pu voir les quatre lois de l'open source, il ne faut pas oublier que le mouvement de l'open source est un mouvement assez jeune, et surtout que c'est un mouvement qui va contre les lois et axiomes que l'on peut souvent trouver dans l'économie actuelle. Pourtant l'open source n'empêche en aucun cas le développement économique, puisque de nombreuses entreprises base leur stratégie sur la mise en place de logiciels open source, ne fournissant plus alors qu'un support pour l'utilisateur. Il est très important de se souvenir de cela, les gens ayant trop souvent tendance à ranger les logiciels open source dans la catégories des logiciels gratuit, ayant un développement peu professionnel, et donc un ensemble de programmes auxquels on peut difficilement faire confiance. Cela est bien sur faux, Apache en étant le meilleur exemple. La prochaine étape du développement des logiciels open source semble maintenant être leur prise en main par le grand public, en espérant que ce dernier saura aller au delà des considérations de bas étage qui font des logiciels open source une sorte d'épouvantail de l'informatique pour se concentrer sur les possibilités qu'offrent ces derniers. Je vous invite donc dès maintenant à vous renseigner un peu plus sur les logiciels auxquels vous avez accès, et à ne pas uniquement vous tourner vers la facilité, mais bien vers ce qui peut, surement, vous convenir le mieux.

Références

Article sur Open Source Initiative de Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Open_Source_Initiative Définition de l'open source : http://www.opensource.org/docs/definition.php forum francophone : http://www.fedora-fr.org