Fedora 15, un tour d'horizon

De Magazine fedora-fr
Aller à : navigation, rechercher
Par : MohamedElmorabity
Article en cours de rédaction !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : MohamedElmorabity


La nouvelle version de la distribution Fedora, Lovelock, sort en grande pompe le 24 mai 2011. Fruit de six mois de développement, elle est sans doute l’une des versions les plus révolutionnaires que le projet Fedora ait jamais portées. De GNOME 3.0 à Systemd, en passant par LibreOffice, nous vous invitons à découvrir dans cet article les nouveautés les plus remarquables de Fedora 15.

De nouveaux environnements

GNOME 3.0

L'innovation la plus visible de Lovelock est sans nul doute GNOME 3.0, une mise à jour majeure de l’environnement graphique par défaut de Fedora. À travers GNOME Shell, un nouveau gestionnaire de bureau faisant également office de tableau de bord, GNOME 3.0 se veut résolument novateur, simple et ergonomique. Parmi la pléthore de changements introduits dans cette version par rapport aux précédentes, signalons :

  • l’introduction du concept d’activités, à travers une vue d’ensemble depuis laquelle il est aussi bien possible de lancer ses applications que d’organiser les fenêtres ouvertes ou encore de rechercher des fichiers récents (voir figure ci-dessous) ;
  • un système de notifications revu et corrigé : les alertes sont moins intrusives et sont enregistrées jusqu’à ce que l’utilisateur soit prêt à les lire ;
  • l’intégration de la messagerie instantanée à l’environnement, avec la possibilité de répondre aux messages directement depuis les notifications sans perdre de vue son travail ;
  • un panneau de configuration dans lequel tous les outils de réglage de GNOME sont centralisés.
GNOME 3.0, l’aperçu des activités et les notifications de messagerie instantanée

Les nouveautés apparues dans GNOME 3.0 ne se limitent cependant pas au bureau : les applications majeures de GNOME telles que Nautilus, Evolution ou encore Empathy ont été mises à jour pour GNOME 3.0 et tirent désormais parti de la bibliothèque graphique GTK 3, parmi d'autres changements (*).

Notre article dédié à GNOME 3.0 vous éclairera sur les concepts qui ont orienté son développement et vous guidera dans sa prise en main.

KDE 4.6

Les utilisateurs de KDE n’ont pas été négligés puisque leur environnement favori a également été mis à jour, passant en version 4.6.

Cette nouvelle version apporte, outre les habituelles corrections de bogues, un support amélioré de la gestion de l’énergie et du Bluetooth ainsi qu’un meilleur rendu du gestionnaire de fenêtres KWin, parmi d’autres raffinements. (*).

Autre évolution, Phonon, le framework multimédia de KDE, utilise désormais GStreamer en tant que moteur multimédia par défaut, se substituant ainsi à Xine.

Notons enfin que Fedora 15 distribue KDE avec Oxygen-Gtk, un port de son thème emblématique Oxygen destiné aux applications GTK : son intérêt est de donner à ces dernières une apparence cohérente avec le reste de l’environnement lorsqu’elles sont exécutées dans KDE (voir figure ci-dessous).

KDE 4.6 et Firefox parfaitement intégré à l’environnement grâce au thème Oxygen-Gtk

Mais aussi...

XFCE 4.8

Fedora 15 propose la dernière version de l’environnement de bureau léger XFCE ; en plus d’inclure un tableau de bord complètement réécrit, cette version devrait améliorer notablement le support du multi-écrans ainsi que l’utilisation de la mémoire. Elle introduit également dans le navigateur de fichiers Thunar le support des lecteurs distants.


Sugar 0.92

Cette mise à jour de maintenance de l’environnement attitré de l’OLPC (*), dont nous avons déjà parlé dans notre numéro 2, est également disponible dans Fedora 15.

Un nouveau noyau

Lovelock repose sur la branche 2.6.38 du noyau dont les nouvelles fonctionnalités améliorent les performances du système ainsi que la prise en charge matériel.

Cette version introduit ainsi les Transparent Huge Pages, autorisant, comme leur nom l’indique, l’utilisation de pages mémoire de plus grande taille (jusqu’à 4 Mio contre 4 Kio auparavant) et dont devraient tirer avantage, en termes de performance, les applications particulièrement gourmandes en mémoire telles que les serveurs de bases de données.

La couche VFS — la couche d’abstraction du système de fichiers — a également subi des modifications en profondeur puisque sa fonction de résolution de chemin (celle associant un chemin à un inode) a été optimisée pour cette version, améliorant du coup sensiblement tous les accès fichiers.

Enfin, les utilisateurs de pilotes graphiques libres se réjouiront de cette nouvelle mouture du noyau puisque le pilote nouveau prend désormais en charge les cartes NVidia GeForce 400/500 (même en3D), le pilote radeon gère enfin les circuits graphiques des puces AMD Fusion ainsi que les cartes Radeon de la série HD 6000, et le pilote intel apporte un meilleure gestion de l’énergie.

De nouveaux logiciels

LibreOffice, la bureautique libérée

Fedora soutient, comme la plupart des distributions Linux majeures, la suite bureautique LibreOffice qui remplace désormais OpenOffice.org à partir de Fedora 15.

Pour rappel, suite au rachat de la société Sun, à l'origine du projet OpenOffice.org, par Oracle, les principaux contributeurs à la suite bureautique ouverte se sont interrogés sur sa pérennité. Ces doutes les ont amenés à constituer en septembre 2010 une fondation indépendante, la Document Foundation (*), et, surtout, à développer un fork (*) d'OpenOffice.org, LibreOffice.

LibreOffice 3.3, première version de ce nouveau projet, est ainsi disponible dans Lovelock. S'il est sans doute trop tôt pour parler de véritable rupture avec OpenOffice.org au niveau des fonctionnalités, relevons cependant quelques nouveautés exclusives telles que l'apparition d'une aide en ligne accessible depuis l'application, l'importation désormais possible des images au format SVG ou encore le support des documents Microsoft Works et Lotus Word Pro (*).

LibreOffice et sa nouvelle charte graphique

Firefox 4, le renouveau du Web

La dernière version du navigateur de la fondation Mozilla, Firefox 4, fait également son entrée dans Fedora 15. Cette version se distingue des précédentes par une nouvelle interface, plus simple et épurée (les onglets se trouvent par exemple désormais au-dessus de la barre d’adresse et le bouton « Recharger » est discrètement intégré à cette dernière), qui doit laisser plus de place au contenu Web. L’interface du gestionnaire d'extensions a aussi été revue pour une plus meilleure ergonomie. Autre fonctionnalité visible, Panorama, un mode de gestion alternatif des onglets par glisser-déposer sur un panneau, qui permet de visualiser d'un coup d'œil les pages ouvertes.

Les nouveautés de Firefox 4 ne se limitent cependant pas à des changements esthétiques : le navigateur intègre ainsi désormais le module Sync (*) par défaut, qui permet de synchroniser ses réglages et même ses onglets ouverts entre deux instances de Firefox, et du coup de retrouver son environnement Internet où que l’on soit. Cette version se distingue également par de meilleures performances grâce à des améliorations apportées à son moteur de rendu Gecko, mais aussi grâce à son nouveau moteur JavaScript, JägerMonkey.

Firefox 4 et sa nouvelle interface

Systemd, un démarrage du système encore plus rapide

Déjà disponible dans Fedora 14 en option, le système de démarrage Systemd est désormais intégré par défaut dans Fedora 15, remplaçant du coup Upstart jusqu'ici utilisé. Développé par Lennart Poettering (à qui l'on doit également PulseAudio), Systemd est aussi bien capable de lancer les services en parallèle (tout en tenant compte de leurs éventuelles interdépendances) que d'éliminer le chargement de ceux inutiles. Le démarrage du système s'en trouve par conséquent considérablement accéléré.

Si Systemd définit ses propres fichiers de service (des fichiers .service placés dans le dossier /lib/systemd/), il reste cependant totalement compatible avec les traditionnels scripts d'init SysV définis dans le dossier /etc/init.d/. De plus, les commandes service et chkconfig, ainsi que l'interface de gestion des services system-config-firewall, ont été adaptées pour Systemd.

Le projet Fedora consacre une page (*) à la présentation et à l'utilisation de Systemd qui devrait répondre aux questions les plus fréquentes concernant ce gestionnaire de services. Notons également la série de billets plus techniques rédigés par Lennart sur son blog (*) à intention des administrateurs.

Une plate-forme de développement toujours à la pointe

Fedora est, de par sa politique d’innovation constante, une plate-forme de choix pour les développeurs souhaitant être au fait des dernières technologies Linux. Lovelock ne faillira pas à ce credo puisque, comme pour chaque nouvelle version de Fedora, celle-ci s’enrichit de nombreuses mises à jour des outils de développements.

La suite de compilateurs GCC passe ainsi en version 4.6 : incluant le support du langage de programmation Go de Google, cette version améliore également pour le compilateur g++ le support de la norme C++0x. Toujours pour C++ d’ailleurs, la dernière version de la bibliothèque Boost, la version 1.46, est également disponible dans Fedora 15. Cette dernière propose enfin une pré-version de la prochaine version 7.3 du débogueur GDB.

Les développeurs Web n’ont pas été oubliés puisque le framework Ruby On Rails est disponible dans sa dernière version 3.0.3. Signalons par ailleurs l’arrivée dans les dépôts de Fedora 15 de Tryton (*), un nouvel ERP écrit en Python, Python justement qui, dans sa branche 3, est disponible en version 3.2

Et bien plus encore...

Cet article est loin de décrire toutes les nouveautés de Lovelock. Nous vous engageons, pour aller plus loin dans votre découverte de Fedora 15, à parcourir les fonctionnalités validées par le projet Fedora pour cette quinzième version (*), à consulter également ses notes de version (*), mais surtout... à l'essayer.

Comme les précédentes versions de Fedora, Lovelock est disponible en libre téléchargement sur les miroirs du projet Fedora (*) ainsi que sur le réseau BitTorrent (*), pour les environnements 32 et 64 bits, à partir du 24 mai. Vous avez également la possibilité de mettre à niveau votre actuelle version de Fedora grâce à Preupgrade (*).

N’hésitez pas à solliciter la communauté Fedora francophone (*) pour vous épauler dans votre découverte de Fedora 15, via sa documentation (*), son forum (*) ou encore sur IRC.