Muffin 1/PrésentationFedora

De Magazine fedora-fr
Aller à : navigation, rechercher
Article en cours de rédaction !
InProgress tip.png
Le présent article est actuellement en cours de rédaction.
Adressez-vous à la personne en charge pour toute proposition ou modification.
Auteur / Éditeur : ThomasCanniot

Naissance du projet

L'histoire de cette distribution Linux est généralement peu connu. Tout commence pourtant en 1995, lorsque la société RedHat est fondée. Son objectif est de fournir un système stable basé sur Linux ainsi qu'un service de support. RedHat sortira donc durant plusieurs années un système d'exploitation appelé RedHat Linux. Neuf versions majeures virent le jour jusqu'en 2003, année où RedHat décide de réorganiser sa gamme de produits. La fin de RedHat Linux est annoncée et cette dernière est alors remplacée par RedHat Entreprise Linux, distribution Linux pour serveur ou bureau à destination des entreprise, accompagné d'un support. Le Projet Fedora existait depuis quelques mois et sa vocation était de fournir des paquetages pour RedHat Linux. A la nouvelle de l'abandon de RedHat Linux, le Projet Fedora se vit demander de prendre en charge la continuité de RedHat Linux. Projet communautaire et ouvert aux contributeurs extérieurs, son objectif est de fournir une distribution Linux intégrant des logiciels très tôt dans leur cycle de développement, afin d'accélérer leur intégration à plus grande échelle. A cette époque et sans aucun recul, l'annonce de RedHat fut mal comprise par la communauté linuxienne. En effet, cela signifiait pour beaucoup l'abandon par RedHat de sa distribution phare « grand public ».

Il n'en fut rien. Derrière cet abandon un accord avait été signé avec la communauté Fedora : l'objectif devenait de maintenir une distribution Linux basée sur la dernière version de RedHat Linux et de rendre le tout le plus communautaire possible. Pourtant, RedHat ne signait pas là la fin de son engagement dans la version grand public de sa distribution. Elle signait plutôt une sorte de partenariat avec Fedora pendant que l'entreprise concentrerait ses efforts sur le monde de l'entreprise et du serveur. Voilà, la messe était dite, Fedora serait communautaire. Avec le recul, nous pouvons dire que ce fut un pas de géant pour RedHat, qui avait pris l'habitude de minimiser les capacités de développement de sa communauté. RedHat publiait bel et bien les sources de ses logiciels, mais peu de personnes en dehors des employés de l'entreprise étaient mises à contribution. Presque 5 ans après, la situation a encore évolué. RedHat, depuis presque un an, n'est plus le contributeur majoritaire dans Fedora. La communauté a pris le dessus. De plus, RedHat a synchronisé le cycle de développement de son système grand public avec celui de Fedora. RedHat s'appuie régulièrement sur une version de Fedora (une tous les dix huit mois) pour en faire son système RedHat Linux Entreprise. Plus que d'un signe de reconnaissance de la qualité de la distribution, c'est également le signe que la communauté prévaut.

Le nom

Le nom Fedora vient du nom du dépôt de logiciels tiers pour RedHat Linux. Un Fedora est un chapeau, et de surcroît celui que porte la mascotte de RedHat, ShadowMan. Depuis son lancement, le nom de la distribution a évolué et ce n'est qu'à partir de Fedora 7 que le nom perdit le mot « Core ». Avant Fedora 7, donc, Fedora s'appelait Fedora Core, signifiant par là qu'elle comprenait tous les logiciels inclus dans un dépôt logiciel du même nom, « Core ». Ce dépôt était exclusivement géré par RedHat. Le dépôt communautaire quant à lui s'appelait « Extras ». Grâce aux nombreuses demandes de la communauté, RedHat a accepté d'ouvrir le dépôt Core à la communauté. Finalement, c'est à une fusion des deux dépôts principaux que nous avons assisté, regroupant à la fois employés de RedHat et contributeur communautaire.

Le logo Peu avant la sortie de Fedora Core 5, le Projet Fedora entreprit de renforcer son identité visuelle. Elle se lança donc dans la création d'un logo qui devrait refléter les principes de la distribution : la liberté sans limite des logiciels et le respect de la parole de sa communauté. Dès lors, le logo que nous connaissons aujourd'hui a été élaboré et se compose ainsi.

Organisation interne

Un comité de pilotage fut mis en place pour gérer le l'organisation du projet. Celui-ci est composé de 9 membres, dont 4 sont nommés par RedHat, 5 sont élus par la communauté des contributeurs du Projet Fedora. Un de ces membres est le Dirigeant de du Projet Fedora et est à la tête du Comité de pilotage. Il représente le projet de part le monde et s'assure de son bon fonctionnement et du respect de ses règles. Toujours très respecté par la communauté, on peut facilement dire que ce dirigeant est une force d'argumentation non négligeable au sein du Projet Fedora. Le Projet Fedora est ensuite organisé en sous-projets, dont chacun s'occupe d'un aspect précis du Projet du développement de la distribution. Par exemple, le Projet Infrastructure s'occupe de gérer les sites web et les serveurs du Projet. Le Projet Documentation s'occupe de la documentation officielle de la distribution. D'autres encore, s'occupe du marketing, de la traduction, de l'identité visuelle de Fedora. Les domaines sont si nombreux qu'il est très souvent facile de se laisser déborder par les possibilités de s'impliquer dans la communauté de Fedora.

L'aspect communautaire

Le projet Fedora est avant tout communautaire, c'est à dire que le projet n'est pas seulement guidé selon la volonté d'une entreprise. RedHat est présent, bien sûr, pour lancer des impulsions fortes et financer le projet. Le reste n'est que bénévolat... mais quel bénévolat ! La communauté Fedora, initialement impulsée par RedHat se rassemble de part le monde autour du site web officiel de la distribution. C'est par lui, et malgré son austérité que les contributeurs de Fedora ont sû se sentir chez eux. De nombreux événements sont également organisés par les bénévoles eux-mêmes, par simple soif de parler du projet auquel ils appartiennent. RedHat a également mis à la disposition de la communauté de nombreuses listes de diffusion. C'est actuellement ces listes de diffusion que se discute et qu'est décidé l'avenir de Fedora aujourd'hui. La communauté s'est ensuite organisé d'elle même ou non en séparant les activités qui existent au sein d'un projet aussi vaste : le développement, le marketing, la traduction etc. Fedora est une méritocratie. C'est à dire que vous si vous prenez de plus en plus de responsabilités au sein du projet, c'est parce que vous méritez que l'on vous fasse confiance. Bien entendu, il faut avoir montré patte blanche auparavant.

Intransigeante mais humaine

Oui, la communauté Fedora est intransigeante. Non pas envers ses membres, mais envers les valeurs qu'elle défend et promet : la liberté du logiciel. Le Projet Fedora s'applique à ne travailler uniquement que sur des projet et des logiciels libres. Vous ne trouverez dans Fedora aucun logiciel propriétaire ou allant à l'encontre des libertés fondamentales du logiciel libre. Fedora s'applique à respecter ses utilisateurs, en leur proposant un système robuste et fiable, basé sur des logiciels libres et gratuits. Régulièrement, des membres de la communauté ont tenté, en vain, de faire évoluer la position du Projet sur ce sujet. Derrière ce qui pourrait sembler un choix d'informaticien puriste se cache un idéal que nous ne sommes pas si loin d'atteindre : réussir à se passer de logiciel propriétaire dans tous les domaines de l'informatique. Et le seul moyen ayant été trouvé aujourd'hui pour achever cet objectif est de ne pas encourager le développement ni la distribution de logiciels propriétaires. Fedora n'a qu'un objectif, améliorer le logiciel libre. Tout ce qui va à l'encontre de cet objectif n'est pas le bien venu dans le Projet Fedora.